Clause de non-concurrence souscrite lors d’une cession de droits sociaux et qualité de salarié du cédant

La validité d’une clause de non-concurrence souscrite par un associé à l’occasion de la cession de ses droits sociaux n’est subordonnée à l’existence d’une contrepartie financière que si l’associé avait, à la date de son engagement, la qualité de salarié de la société qu’il s’est engagé à ne pas concurrencer.

Aux termes d’un protocole de cession, un associé majoritaire et dirigeant souscrit une clause de non-concurrence de la société dont il cède les titres, ledit protocole prévoyant que le cédant serait engagé en qualité de salarié au jour de la réalisation définitive de la cession de titres.

Dans son arrêt de la chambre commerciale du 23 juin 2021, la Cour de Cassation énonce que, à défaut d’avoir la qualité de salarié de la société qu’il s’est engagé à ne pas concurrencer à la date à laquelle l’intéressé souscrit la clause, l’existence d’une contrepartie financière n’est pas une condition de validité de la clause de non-concurrence contestée.

                                         Cassation chambre commerciale 23.6.2021 n°19-24.488 F-D,R.c/Sté Konica-Minolta

Nantes

11 rue La Fayette - BP 20 60944006 Nantes Cedex 1

Paris

213 boulevard Saint-Germain75007 Paris

e-mail

avodire@avodire.fr

Téléphone

02 40 74 88 88